HISTORIQUE DE LA MARQUE gibson

La société Gibson est au delà du seul univers de la guitare, emblématique de l’esprit d’innovation qui a fait la force des Etats-Unis; de ses débuts discrets dans une petite échoppe du Michigan il y a plus d’un siècle, à son âge doré dans les années 50/60, jusqu’à son retour en force à la fin des années 80, c’est la faculté de la firme à respecter ses fondamentaux tout en se projetant vers l’avenir qui a fait de Gibson un leader incontestable.
L'aventure commence en 1894, à Kalamazoo Michigan; le talentueux Orville Gibson met au point une gamme de guitares acoustiques et de mandolines inspirées du design des violons. En quelques années, sa réputation est faite et il trouve rapidement des financiers avec lesquels il va s’associer pour établir la Gibson Mandolin-Guitar Manufacturing Company. Les dés sont jetés et dès lors, les innovations vont s’enchainer et se perpétuer même après sa mort en 1918.

En 1921 Ted McHugh met au point une tige de manche (truss-rod) ajustable ainsi qu’un chevalet réglable en hauteur, deux évolutions décisives qui permettront aux musiciens de sonner plus juste et d’améliorer leur confort de jeu.

En 1922 Lloyd Loar imagine la mythique mandoline F-5 et élabore parallèlement la L-5 considérée comme la première guitare acoustique moderne.

En 1935 Gibson dévoile sa première guitare électrifiée (un Lap Steel vendu avec son amplificateur) puis dès l’année suivante, la légendaire Archtop ES-150 adoptée par le non moins légendaire Jazzman Charlie Christian; le micro éponyme qui l’équipe est encore aujourd’hui la référence absolue de ce registre musical.

Le cycle 1937-45 voit l’apparition de plusieurs modèles incontournables dont la J-200, la J-45, la Super 400 Premier ou encore la L-5 Premier.

De 1946 à '54 sous l’impulsion de Ted McCarty (président de Gibson de 1950 à '66), la compagnie va se montrer plus inventive que jamais : le fabuleux micro P-90 devient une véritable institution, au même titre que les Archtops ES-5 (la première guitare équipée de trois micros) et autres ES-175.
Mais Gibson bascule définitivement dans une autre dimension en '52 avec l’arrivée de Lester William “Les Paul” Polsfuss (célèbre musicien de studio de l’époque), concepteur de la “Les Paul Model”, la première “Solid Body” de l’histoire; la gamme des Les Paul va rapidement évoluer avec les Junior, Special, Standard et Custom.
En '54, McCarty invente le génial Tune-o-matic, un chevalet qui permet un contrôle précis de l’intonation grâce à des pontets individuels réglables.

Nouvelle phase de progression de 1957 à '63 grâce à Seth Lover dont le micro “Humbucker” à double-bobine changera irrémédiablement le son de la musique Rock.
L’ES-335 de 1958, une guitare électrique demi-caisse (“Semi-Hollow Body”) dont le corps creux est muni d’une poutre centrale, permet d’obtenir des sonorités inédites aux frontières des univers Jazz et Rock.
Non moins spectaculaires, les Futuristic Models Flying V, Explorer et Moderne de la même année, si elles furent des échecs commerciaux à leur sortie, n’en demeurent pas moins emblématiques d’une volonté de se démarquer radicalement des autres fabricants. Elles font partie des modèles vintage les plus côtés.
Impossible de ne pas mentionner la SG introduite en 1961 pour remplacer la Les Paul en perte de vitesse, qui est un des plus gros succès commerciaux de l’industrie musicale, ou la singulière mais inévitable Firebird de 63.

Le départ de Ted McCarty au milieu des sixties marque le début d’une période délicate pour Gibson, racheté par le conglomérat CMI/FCL/Norlin en 69; c’est néanmoins à cette époque qu’est implantée l’actuelle usine de Nashville.

Il faudra attendre le milieu des années 80 et son rachat par H.Juszkiewicz, D.Berryman et G.Zebrowski pour que la marque retrouve son ilustre passé; les trois businessmen passionnés vont tout mettre en œuvre pour rétablir la santé financière de l’entreprise, acquérir de nouvelles marques (Steinberger, Tobias, Slingerland, Kramer), en relancer d’autres (nouvelle usine chinoise dédiée à la production Epiphone) et surtout réactiver l’esprit créatif et l’exigence qui avaient disparus depuis un moment (apparition du département Custom Shop au début des années 90).
C’est le début d’une nouvelle ère pour Gibson qui va renouer avec le succès et se réaffirmer comme un fabricant essentiel; l’introduction de répliques détaillées des Les Paul Flame-Top 59 et 60 originales en 1985 (pour répondre aux attentes du marché vintage), ou dans une direction opposée de la Nighthawk (prix de la guitare la plus innovante au Namm Show de 94), de la première guitare digitale en 2003 (considérée comme une invention majeure par Time Magazine) ou la mise au point de mécaniques robotisées plus récemment illustrent parfaitement l’omnipotence de la firme américaine.

gibson ( 458 ) RÉSULTAT(S) Gibson


HISTORIQUE DE LA MARQUE GIBSON

Prix X

à

Type d’offres

En poursuivant la navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés. En savoir plus.
J'ai compris